SYSARK, spécialiste en médecine nucléaire, est lauréate 2020 du concours i-Lab du ministère de la recherche.

En 2019, le CHRU de Nancy a lancé son projet RTIV (Radio Théranostique Interne Vectorisée) pour participer au renouveau de la médecine nucléaire. Du diagnostic quasi exclusivement, la spécialité est en passe de devenir au moins autant thérapeutique. Cet important projet, unique en France est doté d’un budget de 14 M€ et poursuit son développement en 2020.

Un marché très prometteur

Les perspectives de ces nouvelles méthodes thérapeutiques sont très prometteuses. Le marché de 5,2 milliards de dollars en 2018, constitué essentiellement de produits de diagnostic à bas prix, pourrait atteindre 30 milliards en 2030, avec l’essor de plusieurs radio médicaments. Le Lutathera, pour le traitement des tumeurs neuroendocrines, a ainsi été développé par la société française AAA, rachetée ensuite par Novartis. Le PSMA contre le cancer de la prostate par l’américain Endocyte, a également racheté par Novartis, qui a investi un total de 12 milliards de dollars dans les deux opérations.

Un riche écosystème start-up autour du CHRU de Nancy

Riche de son nouvel Hôtel à Projet Economiques, futur Institut de Recherche et d’Innovation en Santé (IRIS), le CHRU est un véritable accélérateur d’innovation au cœur du Sillon Lorrain. Ce dispositif est une pierre supplémentaire dans un écosystème qui a fait ses preuves : Incubateur Lorrain, LornTech, Région Grand Est, BPI France, PEEL, SATT ont déjà portés de belles réussites.

Sysark, start-up nancéienne spécialisée en médecine nucléaire

Issu de cet environnement favorable, la start-up SYSARK est née en 2015 de la volonté d’un soignant, devenu ingénieur, d’apporter le meilleur de l’innovation au service des patients et professionnels de santé dans en médecine nucléaire.

Guénolé MATHIAS-LAOT, son Président, a développé avec son équipe et ses partenaires, le premier robot de préparation des médicaments radioactifs au monde.
Ce robot protège les soignants de l’exposition à la radioactivité. L’établissement hospitalier y gagne également en performances en multipliant par 2 la capacité de travail d’un opérateur, il évite toute erreur de dosage, et apporte une traçabilité et un suivi automatisé. « Un Thermomix de la médecine nucléaire, entièrement fabriqué en Grand Est », résume le président de SYSARK. Dernier argument clé pour ses clients hospitaliers : le soignant consacre plus de temps aux patients qu’à ses préparations. Aujourd’hui SYSARK réunit une dizaine de personnes motivées, et développe ses contacts avec de nombreux hôpitaux européens.

Sysark, lauréate du concours i-Lab 2020

La 22e édition du Concours d’innovation i-Lab est organisée en 2020 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en partenariat avec BPI France. Ce concours a pour objectif de récompenser les projets d’entreprises innovantes, dans le secteur de la « deep tech », autrement dit des innovations technologiques qui créent une véritable rupture sur leur marche, grâce à une importante aide financière et à un accompagnement adapté. Guénolé MATHIAS-LAOT et ses équipes recevront à Paris leur prix dès que la situation sanitaire le permettra, une aide considérable pour la poursuite du développement de SYSARK. Sélectionnée parmi 424 dossiers de candidature, ce prix est une belle reconnaissance pour l’excellence de la filière d’innovation nancéienne et régionale.